osthopathe le perreux sur marne
cicatrices ostéopathe

Cicatrices : sujet de mon mémoire en ostéopathie

Lors de mes études, j’ai constaté que les cicatrices n’étaient pas assez investiguées aussi bien de la part des professionnels que des patients dans la recherche de ou des causes des plaintes de ces derniers. Pour tenter de répondre à la problématique de ce mémoire, j’ai réalisé une étude expérimentale sur une population de 24 patients d’âge moyen 27 ans possédant une cicatrice d’appendicectomie et une lombalgie. Elle s’est déroulée sur 2 séances à 3 semaines d’intervalle en utilisant 2 tests : le test de Schöber (mesure distance vertébrale) et la distance doigt-sol. Ces derniers ont été effectués avant, juste après et 3 semaines après le traitement ostéopathique de la cicatrice. Même si les résultats de cette étude sont préliminaires pour conclure sur un effet positif, ils restent encourageants. Pour renforcer cette étude, il faudrait des patients plus nombreux et réduire au maximum les biais expérimentaux.

Le traitement cicatriciel que je propose s’effectue de cette façon : le patient est installé la plupart du temps allongé, selon la localisation de sa cicatrice ; le praticien place le bout de ses doigts sur et/ou autour de la cicatrice. Il repère de façon douce les zones de perte de mobilité à travers les différentes couches tissulaires et dans toutes les directions de la cicatrice. Il traite en exerçant une micro-mobilité sur les zones restreintes jusqu’à libérer la rétention d’énergie. Celle-ci va se diffuser sur toute l’étendue des couches tissulaires étant en continuité les unes avec les autres. Ainsi, notamment dans le cas des lombalgies, le traitement d’une appendicectomie va permettre de libérer la rétention d’énergie depuis le point de fixation créé par la cicatrice jusqu’à la région pariétale postérieure, le bassin et les membres inférieurs de par les capacités d’élasticité et de transmission de force des fascias composant ces couches tissulaires. Les fascias désignent des membranes recouvrant chaque type d’organe, de composition différente selon leur localisation. Ce sont des tissus élastiques, contractiles, protecteurs et stabilisateurs. J’estime donc que toute cicatrice devrait être testée et traitée pour optimiser le traitement d’une quelconque douleur ou plainte à proximité ou à distance.

Afin d’illustrer le concept : imaginez une toile d’araignée avec un insecte emprisonné. La toile représente le fascia et l’insecte emprisonné, la cicatrice. La présence de l’insecte emprisonné dans la toile va faire apparaître des lignes de tension sur l’ensemble de la toile, à proximité et à distance. Une cicatrice va entraîner des lignes de tension de la même manière sur les fascias. La libération d’énergie s’effectuant pendant le traitement va permettre de rééquilibrer ces lignes de tension et ainsi de rétablir les pertes de mobilité pouvant être à l’origine de douleurs locales, régionales ou à distance. Qu’en pensez-vous ?

Si cela vous intéresse, que vous possédez une cicatrice et notamment une cicatrice d’appendicite pour pouvoir participer à mon étude, n’hésitez pas à me contacter. Si vous désirez une consultation et participer à l’étude, pour que celle-ci se déroule sans biais expérimental, je vous propose de venir une première fois pour faire les premiers tests et le traitement correspondant, et de revenir une deuxième fois 3 semaines plus tard pour effectuer à nouveau les mêmes tests. L’étude sera terminée et la consultation d’ostéopathie concernant votre propre demande pourra avoir lieu à cette séance.