osthopathe le perreux sur marne

Définition de l'ostéopathie

"L'ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d'en altérer l'état de santé." Il s'agit d'une thérapie manuelle traitant les troubles fonctionnels du corps humain. Ces derniers s'opposent aux atteintes organiques où l'organe lui-même est atteint dans sa structure. Ce sont des troubles qui expriment une difficulté dans leur fonctionnement, leur mobilité, leur vie. Un trouble fonctionnel qui persiste peut parfois s'aggraver en trouble organique s'il est négligé. La dysfonction ostéopathique que recherche l'ostéopathe se caractérise par une restriction de mobilité. C'est en levant les pertes de mobilité retrouvées que le praticien aide le corps à retrouver un équilibre indispensable à la santé de l'organisme. Pour son traitement, l'ostéopathe utilise plusieurs types de techniques afin de s'adapter le mieux possible au patient et à la dysfonction :

  • Les thrusts ou manipulations articulaires directes, s'accompagnant ou non de ce fameux craquement
  • Les techniques myotensives, basées sur la contraction musculaire
  • Le traitement ostéopathique général (TOG), reposant sur ces trois principes : rythme, routine, rotation
  • Les techniques fasciales, par une " écoute " des fascias, fines membranes enveloppant chaque structure du corps, et appelées parfois " deuxième squelette "
  • Les techniques viscérales : des techniques de prise en charge spéciales permettent de tester et de traiter les restrictions de mobilité et de motilité des organes et de leurs fascias
  • Les techniques crâniennes et crânio-sacrées, par une palpation fine et des gestes spécifiques sur l'ensemble crâne-sacrum.
histoire de l'ostéopathie

Histoire de l'ostéopathie

Le père de l'ostéopathie est Andrew Taylor Still (1828-1917), fils d'un pasteur méthodiste pratiquant aussi la médecine. Il exerce dès son jeune âge la médecine de l'époque grâce à son père. En 1864, il perd trois de ses enfants d'une épidémie de méningite. Convaincu de l'inefficacité de la médecine de son époque, il se lance dans une étude anatomique du corps humain en déterrant et disséquant des corps lors de la guerre de Sécession. En 1874, il vit une expérience déterminante, parvenant à guérir un enfant atteint de dysenterie en n'utilisant que ses mains. Cette même année, il parle du résultat de ses recherches et comprend qu'il est sur le point d'élaborer une nouvelle approche médicale respectant les lois de la nature et de la vie et qui deviendra l'ostéopathie. En 1892, il crée l'American School of Osteopathy à Kirksville, dans le Missouri, à la fois un lieu d'enseignement et de soin. Durant ses dernières années de vie, il écrit plusieurs livres afin de transmettre son message philosophique ostéopathique. L'ostéopathie s'appuie sur une philosophie reposant sur quatre principes :

  • L'interrelation structure-fonction : Un os, un muscle, une articulation, un organe, possèdent une forme propre adaptée à la fonction qu'ils exercent. Si cette structure corporelle est atteinte, sa fonction ne peut s'effectuer correctement.
    Inversement, une fonction ne sera correcte que si la structure est harmonieuse.
    Le traitement de l'ostéopathe agit sur la qualité de ces structures et améliore ainsi le fonctionnement du corps.
  • L'unité du corps humain : " Le corps est un tout ". Tous les éléments du corps sont en continuité (par la vascularisation, le système nerveux, les fascias). On ne peut pas considérer les différents éléments du corps séparément. D'où la recherche lors de la consultation ostéopathique sur l'ensemble de l'organisme de restrictions de mobilité pour comprendre la cause de l'apparition de la douleur ou du symptôme.
  • Les forces d'auto-guérison : Le corps humain dispose de toutes les capacités d'adaptation et de défense. Un corps sain a la possibilité de sécréter toutes les substances nécessaires à son fonctionnement. Le rôle de l'ostéopathe est de stimuler cette capacité, en levant les freins qui limitent l'auto-défense naturelle.
  • La règle de l'artère : " Une bonne circulation est la base d'un bon fonctionnement " Andrew Taylor Still. Le système circulatoire (sang et lymphe) est distribué dans tous les territoires du corps humain, aussi bien que le système nerveux. Le "nettoyage" amenant au libre fonctionnement de ces systèmes était pour Andrew Taylor Still une condition indispensable pour une bonne santé.